L’amour, dans sa définition la plus profonde, pourrait représenter ce lien à l’autre sans condition, dans le bonheur de sa présence et le besoin de le savoir en bonne santé.

Et dans ses prémices, l’état amoureux ouvre à l’expérience de l’émoi : le cœur qui palpite, la sensation de rougir, l’angoisse, le désir, l’excitation, la plénitude : toutes ces émotions, tous ces états se mêlent au sentiment d’amour qui le différencie clairement de l’amour d’un parent.

massage-tantrique-lyon-rhone-amour

Lamour, ce sentiment de tous les temps, voit son expression varier

Selon les cultures, les âges, et les époques.

On entend souvent qu’autrefois, il était plus facile de s’aimer, on se suffisait de la présence de l’autre. Les besoins n’étaient pas ceux d’aujourd’hui.

Autrefois, face aux grandes difficultés matérielles ou de santé, la religion encourageait le sacrifice au nom de la famille, du couple.

Faire des concessions était inévitable.

Aujourd’hui, la façon de vivre l’amour est intimement liée à la relation à soi.

L’individu cultive, de multiples façons, ce retour à soi, dans le besoin de mieux se connaître : apprendre à saimer soi-même avant daimer lautre.

C’est d’ailleurs, parce qu’on s’aime soi-même, que l’autre saura nous aimer.

massage-tantrique-lyon-rhone-amour

Une certaine faille narcissique apparaît

 Ce retour à soi pose la question du regard de l’autre et de l’authenticité de l’amour que l’autre nous porte.

Autrefois, l’instinct de survie ne laissait pas place à ces questionnements. L’important était d’être ensemble, pour s’entraider à surmonter les épreuves de la vie. La famille était un gage de sécurité, pour la pérennité du couple.

Aujourd’hui, le système nous apprend à être autonome et subvenir à nos propres besoins. La présence de l’autre peut faciliter le quotidien mais n’est plus liée à un besoin vital. La famille n’est plus un gage de sécurité.

Ce qui laisse un espace pour l’introspection afin de redéfinir les besoins du lien : la communication, la sexualité, la tendresse et la compréhension, les projets communs etc…

Mais cet espace peut aussi être vécu comme un vide au plus profond de soi. Les peurs de solitude, de rejet, de trahison, d’abandon poussent à devoir porter des masques pour préserver sa vulnérabilité. Des masques portés depuis si longtemps, qu’il devient difficile de retrouver  sa vraie identité.

Ces aspects conditionnent l’amour ou tout du moins, l’état amoureux.

Parce que ce n’est pas tout à fait pareil, on peut aimer quelqu’un sans pour autant être amoureux. Et on pense parfois aimer, mais ce n’était qu’un état amoureux.

Certains couples vivent une relation stable, sécurisante et nourrie par tout ce qui entoure le couple : la famille, les projets, les croyances.

Et pour d’autres couples, l’état amoureux est ce qui permet de se sentir vivant. Le cœur palpite, le corps transpire le désir, l’âme vibre!

Mais comment entretenir ce sentiment au quotidien ?

Car un ennemi redoutable guette : L’ENNUI

 

Lamour nest pas suffisant, on veut se sentir exister!

 J’ai lu autrefois que l’on pouvait tout pardonner à son partenaire, mise à part l’ennui.

Oui, être en couple nourrit le cœur et l’âme.

Mais une part de nous cultive un idéal de l’amour, qui suppose une attention particulière à la volonté de faire plaisir à l’autre, d’être à l’écoute de ses désirs, de surprendre, de se réinventer régulièrement pour que la routine n’apporte pas son lot de frustrations.

Et ces attentions rassurent sur sa propre place dans le couple.

massage-tantrique-lyon-amour

Mais quand les attentes ne sont pas réciproques, que le dialogue devient sourd, 

Comment faire  face à ce mur? Que deviennent les sentiments?

 Voici une phrase qu’on entend si souvent :

« Je l’aime mais qu’est ce qu’elle est chiante! »

Il y a plusieurs façons d’être “chiant”. Les femmes s’y connaissent, mais les hommes ne sont  pas en reste à leur manière  (distance et jalousie…)

Il est normal d’attendre tout de l’amour avec quelqu’un.

Mais aussi de ne pas oublier de donner. Car donner, c’est recevoir. S’offrir, c’est accueillir. Tous les moments, même les plus  petits, sont bons dans cet échange incessant.

C’est ça  qui permet de ne pas  sombrer dans la possession, l’attente d’avoir, toujours un peu plus…

Mais est il si facile de donner quand à l’intérieur de soi, les blessures de l’âme coupent l’accès au souffle de l’amour?

Comment se permettre de recevoir quand le sentiment de vulnérabilité nous a a plongé, autrefois, dans une souffrance abyssale?

On en revient à la question de la relation à soi pour apprendre à s’aimer et avoir foi en l’amour.

 

La question de la relation à soi posée par l’amour recouvre  plusieurs aspects :

  •       l’image corporelle, « j’ai besoin d’aimer mon corps pour laisser l’autre le dévoiler ».
  •       l’héritage familial, culturel et religieux, dans la possibilité d’exprimer ses émotions, ses désirs
  •       le besoin de connaître son positionnement : «Quelle est ma place dans la société? qu’est ce que je représente aux yeux de ma moitié? »
  •       l’accès à la vulnérabilité pour lâcher le contrôle et pouvoir enfin s’abandonner à l’autre
  •       les constructions mentales liées au vécu
  •       la quête de sens et de reliance (le divin, les croyances, la spiritualité, les religions)

Tous ces points sont essentiels dans la construction de l’amour de soi, pour ensuite être disponible à l’autre, à une relation authentique et durable basée sur des fondations solides.

massage-tantrique-lyon-rhone-amour

Conscient que cette relation à soi est une quête longue et parfois difficile, surgit un besoin :

S’extraire de notre petit moi pour se connecter au grand moi

Autrefois, on s’en remettait à l’amour de Dieu et celui de la famille.

Mais qu’en est-il si cet océan d’amour ne se situait pas à l’extérieur de nous mais bien au plus profond de nous-même? Comme faisant partie de nous depuis toujours?

 

Et pourquoi est-ce si difficile d’ y avoir accès spontanément?

Sans doute à cause de cette épaisse carapace, celle de l’égo, forgée par les blessures, les peurs, les attentes, les constructions mentales, les vieilles mémoires.

 

Et comment traverser cette carapace?

Les thérapies mettent en lumière les pensées limitantes et travaillent à dénouer les constructions mentales.

Quant à l’approche corporelle, elle plonge immédiatement l’individu dans l’instant présent.

Elle permet de ressentir l’unité du corps, de pressentir l’espace occupé par le corps, compris comme une globalité, une plénitude.

Typiquement, l’expérience tantrique vous guide vers cette source intarissable de l’Amour, en apprenant à savoir s’extraire de son identité pour vivre pleinement l’instant présent.

Vous réalisez que l’essentiel est déjà là, malgré vos blessures, vos complexes…

Et le temps de trouver cette osmose avec soi et avec l’autre, chacun peut déjà en goûter quelques bribes grâce à cette quête de renouveau, ou plus précisément ce retour à notre essence.

L’essence de l’Amour avec un grand A ne dépend d’aucune culture ou époque, mais simplement d’un retour à soi, à l’âme profonde qui existe depuis la nuit des temps.

Comme c’est difficile, mais tellement beau d’aimer !

Amoureusement vôtre,

massage-tantrique-lyon-amour

Hajira

Thérapeute et Formatrice en massage tantrique

Fondatrice de la méthode Toucher de Soie

Recevez les actus Toucher de Soie® !

Abonnez-vous à la newsletter en 1 clic et recevez toutes nos infos.

Félicitations, vous êtes abonné(e)